Yannick Bosson

accueil
précédente

Yannick Bosson (Harmonie Mutuelle) :
« Dans la ligne de Jean André »

Jean André vient d’être honoré de la médaille de bronze de la jeunesse, des sports et de l’engagement associatif, une reconnaissance pour l’ensemble de son œuvre. Celle-ci étant considérable, le toujours co-président de la Ronde Finistérienne a cédé son poste de président départemental du partenariat, au sein d’Harmonie Mutuelle, à Yannick Bosson.
Yannick Bosson est un fidèle de la Ronde, présent depuis plusieurs années au côté de Jean André et ardent défenseur du Challenge Cadets, qui vivra sa sixième édition. Il nous annonce d’emblée : « Je regrette que le Challenge soit réduit cette année à quatre épreuves au lieu de cinq, ce qui nous a amenés à réduire notre participation financière. Mais je souhaite que l’an prochain, nous retrouvions l’étape manquante, ce qui nous permettrait de rétablir notre aide antérieure. A 71 ans, Yannick, artisan-carreleur à Hanvec pendant 31 ans, possède une solide expérience dans l’action mutualiste. Au gré des changements de noms et des regroupements, il a appartenu tour à tour à la CPSF, à la Mutuelle Action, à Prévadiès, pour aboutir à Harmonie Mutuelle. On notera qu’il a exercé plusieurs mandats de délégué du canton de Daoulas, de délégué des artisans au plan national, avant de se consacrer au partenariat finistérien.
Entre le vélo et le tennis, son cœur balance
Le successeur de Jean André explique ses difficultés antérieures à pratiquer ses sports préférés : « Pendant dix ans j’ai été licencié au club cyclotouriste du Faou. Je n’appartenais pas au premier groupe, celui où brillait Fanch Goasduff, l’ancien champion et parrain de la Ronde, mais au second. Comment faire autrement quand on travaille 70 ou 80 heures par semaine ? L’artisan n’est pas un patron. Ce sont ses clients qui le sont. Mon fils a couru pendant quelques années au club de Landerneau. Je devais jongler avec mon emploi du temps pour le conduire au rendez-vous du samedi après-midi. J’ai ensuite délaissé les routes escarpées autour du Faou pour m’adonner au tennis, sans doute le sport qui m’attirait le plus. La sagesse eût été de faire l’inverse, de commencer par le tennis avant de venir au vélo.

Le vélo : Un sport à la portée de tous
« Si nous nous impliquons dans d’autres disciplines, comme le football ou le hand féminin, à l’Aréna, le vélo correspond bien à notre éthique. Contrairement aux autres sports, chacun peut se rendre à une course cycliste sans bourse déliée. Nous sommes présents généreusement dans le monde du vélo, pour la Sportbreizh, à Lanarvily, au Trobroleon, au TPLCL que j’apprécie beaucoup, au Kreiz-Breizh élite… Nous sommes partie prenante dans le nouveau Challenge sur Route de Cornouaille Sud où nous sponsorisons le maillot jaune. Nous voulons équilibrer notre présence dans le sud et le nord du département. Nous ne négligeons pas non plus les petites courses. Après ce balayage trop rapide de nos interventions, je dois faire un aveu : l’Essor Breton et La Ronde Finistérienne restent nos deux épreuves majeures.
Je ne suis pas seul…
« Pourquoi me mettre seul en pleine lumière ? Je soulignerai l’aide efficace de Françoise Abhervé dans le partenariat. Ma camarade à la commission sociale a un rôle exemplaire dans notre mutuelle. Quant à Jean-Yves Léost, l’un des piliers de nos actions, sa connaissance du monde cycliste lui permet d’être un régisseur jamais pris en défaut lorsqu’il faut organiser le site d’une épreuve. Il sait toujours où chaque chose se place. N’oublions pas que l’ancien garagiste de Brest-Kérinou s’illustra comme coureur dans les rangs du CC Lambézellec, jadis l’un des phares du cyclisme breton. »
Pour conclure, nous avons demandé à Yannick de nous donner le nom des trois coureurs les plus chers à son cœur. D’emblée, il nous a donné le nom de trois Bretons : Warren Barguil,  Valentin Madouas et Maxime Cam, précisant que « Maxime Cam, après son retour chez les amateurs, m’a épaté. Ses performances prouvent une force de caractère que l’adversité n’a pu abattre. »
Nous avons choisi cet entretien avec Yannick Bosson à l’issue de la présentation de la Ronde Finistérienne 2017. Nous aurions aimé faire le portrait de tant d’autres, qui eux-aussi le méritaient. Nous aurions aimé salué le comité de Tréflez qui fait son entrée dans la Ronde. Nous aurions aimé remercier la municipalité de Henvic qui nous a accueillis une nouvelle fois. Mais le futur nous permettra de les hisser sur le podium de la reconnaissance.

Daniel Kerh.