André Kerriou

accueil
précédente

La Ronde 2017, au 2/3 du chemin :
Une expertise d’André Kerriou, le speaker.

Daniel Mangeas et André Kerriou débutèrent dans la vie active de la même façon, dans la boulangerie. Daniel Mangeas effectua ensuite la carrière que l’on sait, en s’imposant comme speaker numéro un de la France. André Kerriou s’orienta vers le commerce et y démontra beaucoup de savoir-faire. Si sa notoriété est circonscrite à la région, nous n’avons pas rencontré ailleurs un maître du protocole aussi talentueux. Les sponsors devraient s’en réjouir.
La Ronde Finistérienne a atteint les 2/3 de son parcours. Il reste deux étapes importantes à franchir. En attendant le rendez-vous de l’étonnant village de Coatuelan, en Plougonven, le 13 août, et la traditionnelle apothéose du 15 août, à Plounéour-Trez, nous avons recueilli quelques propos d’André Kerriou, co-speaker de la Ronde et observateur pertinent, après l’épreuve de Saint-Jacques Guiclan : 
Florian Cam, dans le jardin de ses grands parents
« Je donnerai quelques impressions en vrac. D’abord, j’ai été désagréablement surpris par le renoncement de David Chopin, semblable à celui d’il y a deux ans. Dans les mêmes lieux, il abandonnait pareillement sa tunique « or ». Le mal est-il physique ou moral ? Quant à Ludovic Poilvet, le nouveau leader, il a raté malencontreusement la bonne échappée, alors qu’il avait les moyens de suivre les quatre hommes. Je qualifierai ce quatuor de royal. Quel bonheur que les grands-parents de Florian Cam, le vainqueur, habitent à Saint-Jacques et l’invitent à déjeuner le lendemain de sa déception à l’occasion des Championnats de France de l’Avenir ! On devine leurs arguments : ‘C’est une course pour toi, elle va guérir ton chagrin d’hier. Et puis quel bonheur de voir le petit-fils courir chez nous ! » Nul ne pourra dire s’il a vite avalé le traditionnel poulet-frites du dimanche (nous ne connaissons pas le menu), mais ce qui est sûr c’est qu’il avait fini sa digestion quand il a pris le départ de la course. Le deuxième, Nicolas David maillot « or » de la Ronde, l’an dernier, lauréat de l’Agglo-Tour en 2017, une course de haut niveau,  c’est une valeur sûre.  Son suivant, Vincent Ragot, deuxième du Tro-Kreiz-Breizh, en 2010, et qui fut vainqueur sur la Ronde, c’est un sacré client. Jeff Le Beaudour, deux fois champion de France de la police, faisait un bon quatrième.

Agréables surprises et déceptions
« J’attendais beaucoup de Florian Rapiteau, et lui encore plus sans doute, car sinon, il n’aurait pas pris la longue route qui le conduit de Saint-Herblain vers le Nord-Finistère. Sa contre-performance à Saint-Jacques m’a donc un peu déçu, mais il reste bien positionné dans la course au maillot des « Espoirs ». Précédemment, il m’avait séduit et notamment à Tréflez, le jour ou l’équipe anglaise m’a surpris par la qualité de ses membres. Dans le domaine des satisfactions, je citerai Piotr Zielinski, qui, très mal placé quand le bon coup est parti, a effectué une remontée impressionnante, obtenant une cinquième place méritoire. Pourtant, le vétéran de 33 ans (comme Vincent Ragot) venait juste de rentrer de Pologne.
Le Championnat de Bretagne du Monde Agricole : Indispensable à Saint-Jacques
« Le Championnat de Bretagne du Monde Agricole n’a recueilli que 26 coureurs. C’est insuffisant. Considérons cela comme une erreur de casting. Dans les clubs cyclotouristes, il y a un vivier de sociétaires qui appartient au monde agricole. C’est là qu’il faut puiser. Je suis persuadé qu’en choisissant cette voie, il y aurait au moins 40 coureurs au départ. Et il est indispensable que ce championnat se prolonge. Il est inscrit dans le patrimoine rural de Saint-Jacques. Le trio Gesbert n’a pas hésité à quitter le Morbihan pour fêter Saint-Jacques. Pourtant Jacky, le père d’Élie, avouait qu’il prenait le départ, fatigué. Combien d’agriculteurs, ou d’employés dans le para-agricole participeraient à « leur championnat », s’ils étaient sollicités. Ils viendraient de toute la Bretagne, et de loin comme le papa d’Élie… 
« En attendant ce réveil, je veux saluer la victoire de Maëlle Pennec, chez les féminines. Maëlle, quand elle ne brille pas sur un vélo, arbitre des matches de football. Outre Mickaël Bervas, vainqueur chez les hommes, je mettrai en exergue le cinquième titre de Rémy le Pourhiet, dans sa catégorie.
« Pour revenir à la Ronde, elle fut passionnante jusqu’à présent, donnant lieu à des batailles incessantes. Il n’y eut qu’un petit bémol, l’écrasante supériorité des Côtes d’Armor-Marie Morin, à Henvic. Tout ceci m’amène à attendre les deux dernières étapes avec beaucoup d’optimisme…
DK