Rétrospectives

Michel Ragot mène Conan à la baguette

« Allo bonjour ! Le secrétaire de la Ronde Finistérienne à l’appareil ! Pourrai-je parler à Michel Ragot, s’il vous plaît ? ».

« C’est moi-même » Répondit une voix avenante à l’autre bout du fil.

« Je vais vous expliquer en deux mots, Michel, l’objet de mon coup de téléphone. Vous vous êtes illustré sur la Ronde, alerte quadragénaire cette année, et notre bureau a décidé de regrouper le 15 aout à Plounéour-Trez, lors de la 8ème étape, le maximum de lauréats depuis sa création. Vous roulerez quelques tours sur le circuit ce qui permettra au public, très nombreux chaque année, de découvrir et d’admirer tous ces champions qui ont contribué à la notoriété de ce feuilleton estival. Qu’êtes-vous devenu, Michel, après avoir rangé votre vélo de compétition ? ».

« Je suis domicilié dans la banlieue de Nantes et j’exerce la profession de boulanger à Saint-Herblain » me précisa avec une exquise politesse le natif de Saint-Gilles Pligeaux, dans les Côtes d’Armor.

« Vous rappelez-vous en quelle année vous avez gagné la Ronde ? ».

Aussi rapidement qu’il avalait la côte de Luzivily pour triompher au Ponthou en 1988, la réponse fusa « En 1983 et j’avais gagné la 1ère étape à Quéménéven devant Yves Ravaleu. Je peux même rajouter que, la veille, j’avais couru en semi-nocturne à Crozon et j’avais dormi chez le beau-père de Jackez Lamour à Daoulas ».

« Vous souvenez-vous du podium du classement général cette année-là ?

« L’ami Jean-Louis Conan finissait second, j’en suis sûr, et le troisième c’était…euh ». « Un facteur, Michel ! ». La réponse jaillit aussitôt « Marcel Richeux ! ».

« Quel fut votre plus rude adversaire sur cette Ronde 1983 ?

« Jean-Louis Conan incontestablement ! Ah, quel guerrier celui-là ! Dur au mal, coriace, trois malheureux petits pains, excusez-moi, je voulais dire points bien sûr (déformation professionnelle), nous séparaient après la finale de Briec ».

« Combien de victoires à votre actif, mon cher Michel ?

« Si mes souvenirs sont exacts, j’ai gagné 104 courses en 1ère catégorie ». Petit mais costaud le Michel !

« Surveillez-vous votre poids ? ».

« Oh, que oui ! Je roule au minimum le lundi et je pèse 60kg pour 1,63 m ». « Moi 1,62 m et 64 kg ! » Soupirais-je.

« Avez-vous un passe-temps favori ? ».

« Mon grand plaisir consiste à aller voir courir mon fils Vincent, je prends mon pied à chaque fois ».

« Nous ferez-vous l’honneur de venir à Plounéour-Trez le 15 aout ?

« Pas de problème, je serai des vôtres ce jour-là car je ne garde que de bons souvenirs de la Ronde Finistérienne ».

« Merci Michel, c’est drôlement sympa de votre part. En plus, vous ferez d’une pierre deux coups car Vincent m’a assuré de sa présence avec l’équipe de Loudéac. J’ai juste un petit conseil à vous donner : ne vous pesez pas cette semaine-là car Schwarzy, alias Jean-Luc, le maître-queux de notre Comité, mitonne de ces petits plats qui ne se refusent pas ! Vous ferez une remise à niveau ensuite pour être fin prêt pour les gentlemen de Ploumilliau auxquels vous participez chaque année ».

Alain Podeur membre du bureau de la Ronde

accueil
précédente
suivante