Rétrospectives

Stefan Ravaleu ou la régularité récompensée

« Alain, bonsoir, c’est Stefan ! Je viens de rentrer du boulot et Carine, mon épouse, m’a expliqué le projet du Comité de la Ronde pour le 15 aout à Plounéour-Trez. Tu lui en avais glissé deux mots au téléphone, je peux te dire que j’adhère à fond et même trois fois plutôt qu’une : oui, oui, oui, je serai des vôtres ce jour-là ».

« Super, Stefan ! Je n’avais pas envisagé une autre réponse ! Mais, au fait, puis-je savoir ce que vous devenez ? ».

« J’ai obtenu, début Janvier, un contrat à durée indéterminée, en tant que chef de rayon, au Magasin Inter Sports de Paimpol. Ce travail me plaît car c’est un secteur où je pense connaître, excuse-moi l’expression, …un rayon ».

« Vous avez gagné la Ronde en 2009, 2010 et 2011 et disputé 31 étapes. Combien de places dans les 20 premiers, à votre avis ? Ne cherchez pas, je vais vous le dire ! 27 ! Si ce n’est pas de la constance dans les résultats, çà ! ».

« Tu me l’apprends, mon cher Alain, mais si tu m’avais demandé les noms de mes suivants immédiats, j’aurai cité, sans hésiter, Steven Le Vessier par deux fois et Vincent Rouxel en 2011 ».

« Combien de victoires à votre palmarès depuis le début de votre carrière ? ».

« Je n’en ai remporté aucune durant mes trois années de Pro chez Big Mat mais, en Amateurs, j’ai dû m’en farcir une centaine. Je garde un souvenir impérissable du Tour du Nivernais Morvan 2001 et du Tour d’Alsace 2004 ».

« Qui vous a impressionné le plus sur la Ronde comme coureur ou en tant que joyeux drille ? ».

« Mon coéquipier Maxime Cam m’a donné du fil à retordre l’an dernier. Quel tempérament ! J’avais puisé dans mes réserves pour en venir à bout. Quant à celui qui aime déconner, le boute-en-train de l’équipe de la Ronde, c’est… un petit, 1,62 m environ, râblé et portant des lunettes !! ». Mon « Non, vraiment, je ne vois pas de qui tu parles, mais alors pas du tout ! » fit sourire le cador Briochin qui insista « Tu le connais bien pourtant, cherche bien, Petit ! ».

« Aimiez-vous les troisièmes mi-temps ? » glissais-je, un tantinet malicieux ? ».

« Elles avaient du charme ! En bonne condition physique, j’y restais avec plaisir, sinon j’allais vite au bercail ».

« Selon votre épouse Carine vous seriez un obsédé de la balance, est-ce bien vrai Stefan ? ».

« Je fais très attention, c’est sûr ! Je pèse 67 kg pour 1,77 m, çà baigne pour l’instant ! Je roule toujours mais je n’ai participé qu’à cinq courses depuis le début de saison, je ne battrai donc pas le record d’Eric Jacob. Je privilégie la course à pied en compagnie de Carine qui me suit sans problème ». Je ne pus alors m’empêcher de fredonner « Elle est toujours derrière/ Derrière, derrière/Elle a compris ce que M’sieur le Maire lui a dit/Elle quitte plus son mari ».

« Votre regretté père Yves a, lui aussi, gagné la Ronde. Vous rappelez-vous en quelle année ? ». La réponse fusa :

« En 1978 ! Claude Rouvrais finissait second et Dominique Le Bon troisième ! ». Phénoménal le Stefan !

« Vous avez passé votre jeunesse à Langrolay-sur-Rance, si je dis Théodore Botrel, à quoi pensez-vous ? ».

« A Fleur de blé noir, bien sûr, et non pas la Paimpolaise ! Tu ne la connais pas ? Allez, un couplet pour la route « Sur les bords de la Rance, où j’ai vu le jour/J’ai la douce espérance d’être aimé d’amour/Dans une métairie comme aide-berger/Pour mieux voir ma jolie, je me suis gagé ». Jacques Burlot et Frédéric Tronet m’avaient prévenu ! Quel talent de chanteur, l’Ami Ravaleu !

Alain Podeur membre du bureau de la Ronde 

accueil
précédente
suivante