Rétrospectives

Stéphane Simon a fait jouer son expérience

« Salut Stéphane ! On s’était taillé une bavette l’autre jour dans les Monts d’Arrée en attendant l’arrivée de l’Essor, vous vous en souvenez ? ».

« Oui, oui, l’Ancien, et je n’ai pas changé d’avis ! Je serai des vôtres le 15 aout à Plounéour-Trez mais il va falloir que je m’organise pour le boulot car, ce jour-là, il y aura du turbin  surtout s’il fait beau ».

« J’ai un petit trou de mémoire, ce doit être l’âge ! Quel métier exercez-vous déjà ? Soyez gentil de me le rappeler ».

« Aucun problème, mon Petit ! Je possède un commerce de boucherie-charcuterie-traiteur à Lannilis et, franchement, je ne vois pas le temps passer » précise avec gentillesse celui qui, malgré sa frimousse d’éternel adolescent, file allégrement vers ses 39 ans.

« Combien de victoires sont alignées sur votre prestigieux palmarès, mon cher Stéphane ? ».

« Environ 70 et l’Essor Breton 2000 occupe, cela va de soi, une place de premier choix dans mes souvenirs ».

« En quelle année avez-vous triomphé sur la Ronde ? En 2000, c’est çà ? » Glissais-je, perfide, voulant le piéger.

« Tu as la mémoire qui flanche, le Grand ! C’était en 1999 devant…devant…zut, crotte, c’est à mon tour…devant…çà y est, j’y suis ! Devant Christophe Berland et Lionel Le Han ! J’avais gagné le contre-la-montre matinal du Menez Quelerc’h à Chateaulin et l’après-midi, dans la course en ligne Chateaulin-Briec, en finissant second, j’obtenais le gain de cette 8ème et avant-dernière étape. J’enfilais le maillot jaune que je conservais à Ploumoguer pour la Finale ». 

« Quel est le coureur qui vous a le plus impressionné sur la Ronde ? ». L’ex-chef de file de Bretagne U Plouvien répondit d’une voix où perçait une admiration non feinte :

« Sans aucun doute, Jonathan Thiré, licencié à l’époque à Saint-Jean-de-Monts et aujourd’hui Pro chez Big-Mat- Auber. Ah, Celui-là ! Quand il démarrait, il fallait s’accrocher ! Sous la fluidité de son coup de pédale, qui ressemblait étrangement au tien d’ailleurs (rires en saccades de Stéphane), se cachait une force exceptionnelle ».

« Et votre plus mauvais souvenir, éternel jouvenceau ? ».

« Ma gamelle de Plabennec le 14 juillet 2007. J’ai perdu gros ce jour-là, l’étape sûrement et peut-être la Ronde ».

« J’enviais votre taille de guêpe l’autre jour au Menez Meur, que faîtes-vous pour garder une telle ligne ? ».

« J’ai fait beaucoup de courses à pied jusqu’en décembre dernier mais, depuis janvier, je me suis remis au vélo car je prépare activement la Chouette Guilérienne que je dispute chaque année avec mes copains vététistes. Je mesure 1,77m et je pèse 70 kg, à peine un peu plus que mon poids de forme d’antan ». A force d’interroger tous ces anciens champions au corps d’Apollon, je pris illico une décision irrévocable « Adieu fromage et chocolat, vive les radis ! ».

« Au fait, Stéphane, quelqu’un de vos proches m’a confié que vous avez des sacrés dons de chanteur ! ». Insensible à ses « Non, non, c’est faux ! » je poursuivais, imperturbable « Cette charmante personne m’a même fourni le couplet relatant votre victoire sur l’étape de la Ronde à Plounevez-Lochrist en 2005. Allez, je démarre et vous m’accompagnez ! ». Contre toute attente, j’entendis une voix mélodieuse à l’autre bout du fil « Stéphane Simon à Plounevez/En vieux briscard s’est distingué/Et il les a tous alignés/A l’expérience/Ce jour-là, au bistrot du coin/La patronne regardait Alain/Disant, j’suis folle des nains d’jardin/C’était la RON…ON…DE ».

« Chapeau bas, mon garçon ! Mon Président Jean-Paul Favé n’aurait pas fait mieux ! Au 15 aout ! ».

Alain Podeur membre du bureau de la Ronde

accueil
précédente
suivante