Rétrospectives

Patrick Stéphan le bâtisseur de victoires

« Bonjour ! C’est Alain Podeur, secrétaire de la Ronde Finistérienne, je voudrais parler à Mr Stéphan, je vous prie ».

« Salut Alain, c’est moi, Patrick ! Ah, la Ronde Finistérienne ! André Le Roy et son équipe ! Extra cette Epreuve ! ». Après lui avoir expliqué en quelques mots l’objet de mon coup de fil, la réponse jaillit comme un coup de marteau « C’est tout à fait possible ! Pourquoi pas ? Je serai en vacances en Aout et j’ai des attaches en Bretagne ».

Galvanisé par cet accueil euphorique, j’osais le questionner « Mais que devenez-vous, mon cher Patrick ? ».

« Je travaille pour le Groupe Paprec et je suis responsable du centre de tri industriel de Catus, près de Cahors. J’habite à Puy-L’Evêque, vieux village médiéval classé Monument Historique depuis le 26 Octobre 1944. C’est beau, tu ne peux pas savoir, un bijou ! J’avais acheté une ruine ici, voici plusieurs années, et, après l’avoir rasée, une superbe maison de pierres taillées par mes soins l’a remplacée. Tu la verrais là-haut sur la colline ! Elle est superbe ! Tu ne sais pas, Alain, que j’adore travailler la pierre ? ». Mon timide « Non » le fit redémarrer au quart de tour :

« Moi je suis natif de Plélo, dans les Côtes d’Armor et mon épouse a vu le jour à Bignan où j’exploitais une carrière. Quatre camions qu’il m’a fallu pour transporter mes pierres de taille du Morbihan jusque dans le Lot, t’imagines ? ».

« Vous pouvez être fier de vous ! » Lançais-je, admiratif. « Quelques mots à dire sur la Ronde Finistérienne ? ». Et celui qui fut Pro, en 1982, 1983, 1984, dans l’équipe Sem France Loire repartit de plus belle :

« J’ai gagné la Ronde en 1980, cela fait 31 ans déjà ! J’avais 21 ans à l’époque, 53 aujourd’hui ! Je m’étais mis dans la musette la  4ème étape à Kerfeuteun devant Jean-Louis Conan et Michel Le Sourd. Je piquais le maillot jaune au Père Conan lors de l’épreuve suivante à Langolen pour le conserver à la Finale de Briec, Le Sourd pointait à la seconde place et Conan à la troisième. Vu mon jeune âge, j’obtenais en sus le Classement Promotion ».

« Bien vu Patrick ! Un sans-faute parfait ! Combien de fois avez-vous franchi en vainqueur la ligne d’arrivée ? ».

« Une centaine ! Pourtant, suite à un décès familial, j’avais rompu mon contrat Pro dans l’année 1984 pour mettre le vélo entre parenthèses quelque temps et reprendre mon métier de tailleur de pierres. Je ne renouais avec la compétition chez les Amateurs que quelques années plus tard » précisa en toute modestie l’avenant Puy-L’Evêquois.

« Quels coureurs vous ont impressionné lors de vos participations à la Ronde ? ».

« Dominique Le Bon, Jean-Louis Conan et Gérard Kerbrat » asséna-t-il à la vitesse d’un coup de burin.

« Etes-vous à cheval avec votre poids, mon cher Patrick ? ».

« Je n’ai pas le temps de grossir, mon pauvre Alain ! Je n’arrête pas ! A mes heures creuses, je m’occupe de mes chevaux avec lesquels je fais de la randonnée en famille, je taille des pierres pour la future maison du fiston et je pratique le vélo le dimanche matin avec mes potes du groupe cyclotouriste. Je mesure  1,82m et je pèse 78 kg, un fort des halles comme on dit ! ».

« La chanson-tube de Locminé, ville voisine de Bignan, ne manque t’elle pas de trop au Breton que vous êtes ? ».

« Pas du tout ! Je la fredonne sans cesse quand je joue du marteau et du burin ! Tu te rappelles de Jacky Hamon, l’ancien champion du VS Briochin ? Il habite Saint Maximin et on l’a balancée ensemble ici l’autre jour, quelle rigolade ! « Sont, sont, sont les Gars de Locminé qui ont de la maillette sens dessus, dessous/Sont, sont, sont les Gars de Locminé qui ont de la maillette dessous leurs souliers ». Salut Alain, je ferai tout mon possible pour honorer l’invitation du 15 aout à Plounéour-trez ». Quelle énergie, le Patrick ! Incroyable !

Alain Podeur membre du bureau de la Ronde

accueil
précédente
suivante